faq

shibainupedigree

banniere dossieralimentation

Ce dossier consacré à l'alimentation canine a pour vocation de vous faire mieux comprendre ce qui est important et nécessaire dans l'alimentation que vous donnez à votre Shiba. L'alimentation est très importante, une alimentation de qualité préviendra les problèmes de santé, mais attention aux pièges et idées fausses véhiculées par les fabricants et les sites internet mal renseignés.

 Les besoins nutritionnels

Un chien a des besoins quotidiens de plus d’une cinquantaine de nutriments : eau, protéines, lipides, glucides, minéraux, vitamines, énergie…

Le besoin en eau d’un chien de 15kg ayant une activité normale est d’un litre environ par jour incluant l’eau bue et l’eau contenue dans les aliments. On notera qu’une alimentation humide contient plus d’eau, un chien boira donc moins avec ce type d’alimentation par rapport à l’alimentation sèche. En effet, les croquettes contiennent environ 10% d’eau alors qu’une ration ménagère peut en contenir 80% dans les aliments.
On évalue les besoins en eau à 60ml par kg de poids.

 

Les besoins en énergie se divisent en quatre catégories :

  • L’énergie brute, c’est-à-dire l’énergie totale contenue dans un aliment donné.
  • L’énergie digestible, soit l’énergie brute de l’aliment une fois que le chien l’a digérée.
  • L’énergie métabolisable, soit l’énergie digestible moins les pertes d’énergie de l’urine et des gaz. C’est cette énergie qui est utilisée en référence pour les calculs des besoins énergiques du chien.
  • L’énergie nette, c’est-à-dire l’énergie métabolisable moins l’énergie dépensée pour la transformation du nutriment dans l’organisme. On utilise cette énergie en référence pour les animaux de rente comme les bovins ou les porcs.

En ce qui concerne l’énergie métabolisable 1 gramme de glucides représente 3,5kcal, 1 gramme de protéines 3,5kcal et 1 gramme de lipides 8,5 kcal.
Le calcul des besoins en énergie du chien s’appelle BEE (Besoin Energétique d’Entretien) et se réfère au poids métabolique, cela veut dire qu’on tient compte de la taille d’un chien donné. En effet un petit chien consommera deux fois plus d’énergie d’un grand. BEE est alors égal à 130 x P0,73 (P étant le poids optimal en kg du chien donné). Pour prendre l’exemple d’un Shiba de 10kg le BEE = 698 kcal d’énergie métabolisable par jour.
L’énergie métabolisable n’est pas toujours indiquée sur les paquets de croquettes mais il est possible de la calculer grâce à des éléments présents. La formule est : =(% de protéines x 3,5kcal/gr) + (% de glucides assimilables x 3,5kcal/gr) + (% de matière grasse x 8,5kcal/gr).
Le pourcentage de glucides assimilables, appelé ENA, n’est lui non plus pas toujours présent sur les paquets ; pour le trouver il faut appliquer cette formule : =100 - % d’humidité - % de protéines - % de matières grasses - % de cendres - % de cellulose brute.
Si nous prenons l’exemple de Taste of the Wild High Prairie (bison et gibiers) pour un Shiba de 10kg il faudra 187 grammes par jour de cette nourriture. Si on se réfère au paquet, la marque nous indique pour un chien de 10kg entre 150 et 200 grammes par jour, faire ce calcul permet donc d’être plus précis et d’éviter de ne pas donner assez, en effet 150 grammes serait trop peu. Il faut bien prendre en compte que nous calculons par rapport au poids optimal (ni trop maigre ni trop gros) d’un Shiba donné, alors que les fabricants prennent en compte le surpoids, qui concerne un grand nombre de chiens de nos jours.

 

Les besoins en nutriments concernent le glucose, les acides aminés, les acides gras, les minéraux et les vitamines. Ils sont divisés en plusieurs catégories : l’eau, les protéines, les lipides, les glucides, les minéraux et les vitamines. Chaque aliment est porteur en quantité variable de ces différents nutriments. Le chien a besoin d’un apport spécifique qui ne doit pas être trop peu sous peine de déficit et donc de carence ni trop important sous peine d’excès et donc de toxicité.

  • Les protéines sont indispensables, elles sont constituées d’acides aminés dont onze qui ne peuvent pas être synthétisés par le chien. Il est donc très important que l’alimentation donnée transmettent ces acides aminés, c’est en ça qu’un pourcentage de protéines indiqué sur le paquet sera de qualité ou non. Selon la sensibilité de chaque chien un taux de protéines peut être plus ou moins toléré, on évitera de dépasser 50%, généralement le taux des croquettes haut de gamme tourne aux alentours des 25 à 35% qui est un bon taux. Les risques d'un trop plein de proteines sont importants si le chien souffre d'insuffisance rénale ou hépathique, si les protéines consommées ont une faible digestibilité ou encore si elles contiennent trop de méthionine (acidifiant urinaire).
    Les protéines peuvent être d’origine animale ou végétale. Il existe des variantes de digestibilité en fonction de l’aliment : les études faites sur les rats et les humains ont prouvées que les sources de protéines animales (viandes, poissons, volailles, œufs, lait) ainsi les farines de blés pauvres en fibres, le gluten de blé, la farine de pommes de terre, les arachides et l’isolat de soja ont une digestibilité très importante (94 à 99%). Alors que le maïs, le riz poli, le gruau d’avoine, la farine de soja, les pois-chiches, les pois, le blé complet et les graines de tournesol ont une digestibilité intermédiaire. Les céréales comme le maïs en grain, le riz ainsi que les légumineuses comme les lentilles et les pois secs ont une faible digestibilité, sans doute dû au traitement thermique appliqué qui dégrade les acides aminés.

    Tableau des différents aliments (non exhaustif) transmettant les acides aminés.
    Tableau d'exemple de différents aliments transmettant les acides aminés indispensables au chien
    Pour considérer une protéine de qualité en premier lieu elle doit à la fois produire un de ces acides aminés en quantité suffisante, plusieurs aliments peuvent bien sur se compléter mais pas trop au risque d’avoir un effet toxique, et en second lieu elle doit avoir une bonne digestibilité. Certains aliments comme l’oignon et l’ail sont néfastes pour le chien.
  • Les lipides sont la matière grasse, ce sont des molécules qui elles aussi sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme du chien. Il existe deux types : les acides gras poly-insaturés (graisse de volaille ou encore huile de poisson) et poly-saturés (huile végétale). Il y a deux acides gras poly-insaturés que le chien ne peut synthétiser : les omégas 6 et les omégas 3, les acides gras poly-saturés ne sont donc pas nécessaire dans l'alimentation et souvent de moindre coût pour les fabricants.
  • Les glucides sont soient digestibles, comme les sucres (venant de l’amidon ou des fruits par exemple), soient non digestibles comme les fibres. On distingue les fibres solubles (pectines, pulpes de betterave, fructo-oligosaccharides ou FOS) et les fibres insolubles (cellulose, hémicellulose). Pour calculer la teneur en fibres alimentaires d’une alimentation donnée il faut additionner la cellulose brute + l’Extractif Non Azoté (ENA).
    >>> Les glucides digestibles sont une source d’énergie pour l’organisme du chien mais l’amidon, qu’on trouve dans les céréales, les pommes de terre et le manioc, est mal digéré par le chien, les sources doivent être très cuites pour éviter les diarrhées, les races nordiques y sont particulièrement sensible.
    >>> Les glucides non digestibles favorisent le transit digestif du chien, c’est notamment le rôle principal des fibres insolubles. Les fibres solubles vont dégager des acides gras bons pour l’irrigation du côlon et évitant le développement de certaines bactéries.
    Les fibres sont donc essentielles pour la bonne santé du système digestif du chien mais en donner en en excès provoquera des diarrhées car elles influencent la teneur en eau dans les selles.

 

Les besoins en minéraux vont représenter le calcium, le zinc, le fer etc. On peut voir le taux compris dans l’alimentation par le % de cendres. Ils ont de nombreux rôles pour l’organisme du chien comme la constitution du squelette, des globules rouges ou encore l’équilibre cellulaire… Comme les autres nutriments il faut un juste milieu. Attention on ne supplémente pas une ration de croquettes avec des minéraux notamment du calcium car les besoins sont déjà calculés pour les chiens en fonction de leur poids, un excès de calcium notamment sur les chiots en croissance peut induire des déformations osseuses, souvent douloureuses et généralement irréversibles.

 

Les besoins en vitamines représentent 14 vitamines divisées en 2 catégories :

  • Vitamines liposolubles (A, D, E et K) : toxiques en cas d’apport excessif
  • Vitamines hydrosolubles (B et C) : vitamines C peut être toxique à forte dose

On ne supplémente par une alimentation industrielle en vitamines.

 

 

Les étiquettes de l’alimentation industrielle

Il y a des règles de présentation des étiquettes qu’il faut connaître pour savoir ce qu’on donne réellement à manger à son compagnon.

Tous les fabricants doivent indiquer la liste des ingrédients avant cuisson sur le paquet. On énumère les ingrédients par ordre de poids mais une pratique courante est de diviser une catégorie d’ingrédients comme les céréales afin qu’ils n’apparaissent pas en premier trompant alors l’œil non avisé qui pense que la viande constitue l'ingrédient principal alors que ce sont en réalité les céréales. Ce classement par poids peut aussi être trompeur à cause de l’eau contenue dans l’aliment, de la viande fraiche contiendra majoritairement de l’eau alors que de la viande déshydratée beaucoup moins riche en eau se trouvera plus loin dans la liste des ingrédients mais pourtant après cuisson la viande fraiche aura perdu 75% de son poids et ne fera plus partie des premiers ingrédients. Les farines de viandes quant à elles possèdent environ 10% d’humidité.

La dénomination des aliments a une importance considérable. Voici les dénominations et leurs correspondances au niveau des croquettes européennes. En effet les autres pays hors UE n’ont pas les mêmes règles et certains produits sont interdits en Union Européenne pour la consommation humaine, comme par exemple le poulet des Etats-Unis dont la carcasse est trempée dans un bain de chlore, mais ne sont pas interdit pour la mise sur le marché en UE de l’alimentation animale en contenant, il en va de même pour les hormones, etc. 

  • Viande/Poisson/Œuf (sous la dénomination « viande de » ou le nom de la viande directement) : chair d’animaux (poulet, bovin, gibier, dinde, agneau, poisson, œuf…). Quand on parle d’une viande sur un paquet de croquettes cela correspond à toutes les parties carnées d’une carcasse, à l’exception des parties non noble comme les plumes, poils, cornes, sabots, dents et intestins…
  • Sous-produits de viande / de volaille : ce sont les parties non destinées à la consommation humaine de catégorie 3 (sans risques) définit par le règlement européen (CE) n°1069/2009 : "
    • les parties d’animaux abattus propres à la consommation humaine mais non destinées à celle-ci pour des raisons commerciales ;
    • les parties d’animaux abattus déclarées impropres à la consommation humaine mais exemptes de tout signe de maladie transmissible ;
    • les peaux, les sabots et les cornes, les soies de porc et les plumes issus d’animaux morts à l’abattoir et déclarés propres à la consommation humaine après inspection ante mortem ;
    • le sang issu d’animaux propres à la consommation humaine après inspection ante mortem autres que des ruminants mis à mort à l’abattoir;
    • les sous-produits animaux dérivés de la fabrication de produits destinés à la consommation humaine, y compris les os dégraissés et les cretons ;
    • les anciennes denrées alimentaires d’origine animale autres que les déchets de cuisine et de table et qui ne sont plus destinés à la consommation humaine pour des raisons commerciales, de défaut de fabrication ou d’emballage ;
    • le lait cru d’animaux ne présentant aucun signe de maladie transmissible ;
    • les poissons ou autres animaux marins, à l’exception des mammifères, capturés en haute mer afin de produire de la farine ainsi que les sous-produits frais de poissons provenant d’usines de produits destinés à la consommation humaine ;
    • les coquilles d’œufs d’animaux exempts de tout signe de maladie transmissible ;
    • le sang, les peaux, les sabots, les plumes, la laine, les cornes, les poils et les fourrures issus d’animaux sains ;
    • les déchets de cuisine et de table hors catégorie 1. "

Pour en savoir plus : http://europa.eu/legislation_summaries/food_safety/animal_nutrition/f81001_fr.htm

  • Farine animale (viande/poisson) : C’est la poudre obtenue par cuisson, dégraissage, stérilisation, broyage et tamisage de sous-produits d’animaux (définit juste au-dessus). Soit de la poudre des parties non nobles même s’il est indiqué farine de viande et non farine de sous-produits de viande. Les farines de poissons peuvent à la fois provenir de poissons pêchés exprès ou de sous-produits de poissons (déchets de l’industrie alimentaire).
  • Maïs : Maïs entier, les noyaux inclus, broyé ou haché.
  • Sorgho : plante entière, broyé ou haché.
  • Riz : riz non poli, sans le noyau.
  • Blé : graines entières ou aplaties.
  • Farines de céréales (maïs, gluten de maïs, blé, avoine…) et de soja : farines des sous-produits issus généralement des sirops et des huiles des céréales et du soja.
  • Pulpe de betterave : sert à compacter les croquettes, fibre, sous-produits de l’industrie sucrière.
  • Hydrolysat : désigne les matières animales décomposées par l'action de l'eau, ces matières sont fabriquées à partir des sous-produits animaliers.
  • Antioxydants chimique à fuir : Ethoxyquine - Butylhydroxyanisol (BHA) - Butylhydroxytoluene (BHT) - Gallate de propyle (E310)
  • Colorants chimique à fuir : Nitrate de sodium - Colorants N°40 - Colorant N°2

Si vous regardez la composition des croquettes vendues en grandes surfaces vous trouverez beaucoup d’ingrédients non nobles et de céréales, certaines céréales notamment le maïs comme nous l’avons vu plus haut sont peu digestes, elles doivent être très bien cuites mais les acides aminés des protéines contenues sont alors plus détériorés. Les céréales sont aussi source d’intolérance alimentaire voir d’allergies, il faut donc des croquettes premium qui doivent une bonne teneur en viandes ou poissons ou des croquettes sans céréales qui sont particulièrement intéressantes pour les chiens allergiques mais pas forcément plus digestes car elles contiennent souvent des légumineuses à la place des céréales comme des pois ou des lentilles.

Pour savoir si l’alimentation est bien digérée par votre chien, il faut regarder ses selles : elles doivent être dures et peu fréquentes. Un chien peu avoir du mal à assimiler certains nutriments, il faudra alors tester plusieurs alimentations.

 

 

La vérité sur la digestion du chien

Autour de la grande mode de l’alimentation crue comme le BARF et les croquettes sans céréales il y a la promotion que le chien n’est pas capable de digérer les céréales en partant du fait que le chien est un carnivore comme le loup. En faisant des recherches on se rend compte que selon les études vétérinaires c’est l’amidon des céréales que le chien a du mal à digérer, les fabricants de ces croquettes fournissent environ la même quantité d’amidon en remplaçant les céréales par des pommes de terre et des patates douces, attention donc au marketing. Le chien a certes du mal à le digérer mais il aura tout autant du mal à digérer les légumineuses que ces fabricants insèrent souvent dans leurs croquettes. Et il est un fait désormais prouvé depuis 2013 par une étude américano-suédoise de l’Université d’Uppsala sur la domestication du loup par l’Homme : si le loup s’est peu à peu transformé en chien c’est en partie parce qu’il est capable de digérer l’amidon. En effet les chercheurs ont découvert que le chien possédait par rapport au loup trois gènes jouant un rôle déterminant dans la digestion de l’amidon.
"Nos résultats montrent que ces adaptations qui ont permis aux premiers ancêtres des chiens modernes de prospérer grâce à une nourriture riche en amidon, comparativement au régime carnivore des loups, ont constitué une étape cruciale dans leur domestication" (source : la revue Nature).
Et oui ne croyez pas qu’il y a 10 000 ans les Hommes donnaient de la viande, déjà rare pour eux, à manger aux chiens, avec le développement de l’agriculture les chiens se sont contentés pendant des milliers d’années de manger les restes à base notamment de céréales des humains et ils sont toujours là.

Avec ces données c’est désormais à vous de faire la part des choses entre réels besoins et marketing des fabricants de croquettes.

 

 

L’alimentation crue

Donner une alimentation à base de crue dite BARF à son chien c’est prendre en compte tous les besoins du chien et complémenter afin d’apporter tous les nutriments nécessaires à l’organisme de son compagnon. Il faut noter que si l’on souhaite mettre son chien au BARF pour donner de la meilleure qualité ça ne sert à rien de ne pas savoir d’où provient la viande achetée à cette fin. Si c’est pour acheter de la viande produite en batterie et bourrée d’antibiotiques, afin que ça rentre dans son budget autant acheter des croquettes premium. Le BARF (de qualité donc) est particulièrement intéressant pour les chiens allergiques car on peut totalement sélectionner les produits. C’est aussi un mode de pensée et cela permet de ne pas dégrader les acides aminés lors d’une cuisson.
Le rythme de digestion étant différent entre la digestion crue (4 à 6 heures) et cuite/sèche (12 à 14 heures), il ne faut pas mélanger ces deux types d’alimentations.

 

 

Croquettes vétérinaires

Croquette vétérinaire ne veut pas forcément dire de bonne qualité. Votre vétérinaire généraliste est rarement un spécialiste en nutrition canine. La vente de croquettes en clinique vétérinaire est purement par intérêt commercial, ils sont partenaires de certaines marques et s’ils restent sur une nourriture haut de gamme ce n’est pas forcément la meilleure pour votre compagnon quoi que votre vétérinaire vous en dise. Après la lecture de cet article vous êtes désormais maître de faire votre propre jugement en comparant les paquets de croquettes.

 

 

Croquettes premium versus croquettes holistiques

Les croquettes holistiques sont des croquettes sans ou faibles en céréales, à base d’ingrédients tous nobles, de bonnes qualités, entièrement propre à la consommation humaine, dont on connait l’origine. Elles sont aussi sans conservateurs et colorants artificiels. Le chef de fil de ce type de croquettes est Orijen.

Les croquettes premium sont des croquettes haut de gamme trouvables en animalerie ou sur les sites de vente en ligne, chez le vétérinaire mais jamais en supermarché. Elles doivent fournir une majorité de protéines, avoir en principal aliment de la viande ou des sous-produits de viande et ne pas être trop grasses.

 

 

Conclusion

Le problème principal n’est pas les céréales et l’amidon mais bien la qualité des ingrédients donnés à nos compagnons, leurs provenances et origines. C’est à chacun de faire la part des choses et voir ce qui convient le mieux en fonction de ses exigences en termes de qualité alimentaire pour son chien.

 

 

Les sources de cet article proviennent d’écrits vétérinaires, d’articles et livres scientifiques, d’articles de journaux relatant certaines études prises en référence, d’encyclopédies généralistes et spécialisées, du règlement européen (CE) n°1069/2009, des sites des fabricants de croquettes.

 

Partager
Catégorie : Alimentation

Dossiers

HaloumiAprès vous être dûment renseigné sur le Shiba Inu, vous vous décidez à passer le cap et acheter votre petit chiot. Mais accueillir un chiot implique de nouvelles interrogations : où acheter mon Shiba ? Quels papiers doit-on me donner ? Quels sont mes droits en tant qu’acheteur ? Dans quels accessoires investir ? Comment s’occuper de sa santé ? Et que dois-je garder en tête pour accueillir mon petit bout dans les meilleures conditions ? C’est à toutes ces questions que nous tenterons de répondre dans ce dossier !

Lire la suite
Enquête sur les élevages de Shiba en France Analyse statistique Enquête réalisée sous forme sur un panel de 76 questionnaires en ligne entre octobre 2011 et juin 2012
(pour chaque question les réponses vides ne sont pas prises en compte dans le rapport de pourcentage)  

Pour faciliter l'analyse nous utiliserons le terme « éleveur » pour tout producteur de chiots Shiba.

Lire la suite
Nintendogs : Labrador  & ses amis  

  Genre : Simulation   Plateforme : Nintendo DS   Sortie : octobre 2005  

Le principe de ce jeu est de s’occuper d’un chiot virtuel. Plusieurs versions sont disponibles mais nous nous intéresserons à celle intitulée "Labrador & ses amis" puisque c’est dans cette version que nous retrouvons le shiba. En effet, vous aurez le choix entre 6 races : retriever du labrador, schnauzer nain, caniche toy, welsh corgi pembroke, pinscher nain et bien sûr le shiba inu.

 

Lire la suite
Si le shiba a fait une entrée remarquée dans le monde du jeu-vidéo il y a quelques années, avec Nintendogs, il est encore rare de le voir au cinéma ou en animes. Il fait tout de même son apparition dans quelques films, principalement japonais, non diffusés en France au plus grand malheur des fans de shibas.Nous nous efforcerons donc de vous présentez dans ce dossier un aperçu de films et d’animes présentant le shiba.  

mariepuppies2

 

Lire la suite